Année 2018   Novembre-Décembre Afficher en grands caractères

Ce qui est mis devant nos yeux

par Marc Arseneault

En regardant les actualités cette semaine, et en voyant encore un homme célèbre tomber pour des accusations de gestes sexuels déplacés, je me suis demandé où tout cela nous menait. Et encore plus important, d’où cela venait-il ?

Cette tendance rappelle un verset : « Je ne mettrai rien de mauvais devant mes yeux » (Psaume 101 :3). Depuis des années, quels sont les thèmes mis devant nos yeux dans les feuilletons, les comédies, les films et la culture populaire ? Les chaînes télévisées attirent les gens avec des émissions remplies de sous-entendus et de double sens vulgaires, voire des propos ou des scènes explicites. Dans les années 1980, les feuilletons faisaient sans cesse la promotion de ces choses. Regardez l’industrie actuelle de la musique. Combien de chansons parlent-elles de « s’amuser » un soir et de passer à autre chose le lendemain ?

Les comportements scandaleux et infâmes auxquels nous assistons sont-ils vraiment surprenants, ou récoltons-nous ce que nous avons semé ? Le sexe fait vendre et, après des décennies de ventes (et d’achats), le bilan est malheureusement très clair. Il est justifié de s’offusquer, car ce genre de contenu est inacceptable. Mais pour beaucoup de gens, le fait d’être choqué est au mieux naïf, au pire hypocrite, car la plupart d’entre eux regardent ces contenus, avant d’aller eux-mêmes acheter de la musique ou regarder des spectacles qui encouragent les mêmes comportements. Avons-nous une réelle volonté de bannir de telles choses de devant nos yeux ?

Tout autour de nous, la culture est imbibée de cette corruption. Les femmes ne sont plus respectées pour ce qu’elles sont, mais pour leur apparence. La « culture du sexe » est disponible sur toutes les plateformes média. La société s’en délecte, elle baigne dedans, puis elle agit comme s’il n’y avait aucun lien entre ces divertissements et les véritables situations d’actes lubriques et pervers.

Les femmes, en particulier, sont considérées comme des objets et agressées à cause de leur apparence, mais les hommes sont utilisés de la même manière. Les agences de publicité utilisent la sexualité pour vendre tout et n’importe quoi. Pourquoi ? La luxure est une faiblesse inhérente à la nature humaine. Pendant des siècles, elle a été utilisée pour manipuler des peuples, ainsi que pour affaiblir leur détermination et leur fidélité, souvent dans le but de les contrôler ou de leur vendre quelque chose. L’apôtre Paul était conscient de cela lorsqu’il écrivit : « Toutefois, pour éviter la débauche, que chacun ait sa femme, et que chaque femme ait son mari » (1 Corinthiens 7 :2). L’apôtre Jean a écrit : « Car tout ce qui est dans le monde, la convoitise de la chair, la convoitise des yeux, et l’orgueil de la vie, ne vient point du Père, mais vient du monde » (1 Jean 2 :16). Quelle description précise de la société actuelle !

Comment pouvons-nous nous défendre ? Quelle est la bonne manière de voir les autres ? Voyez ce conseil inspiré par Dieu pour les personnes mariées : « C’est ainsi que le mari doit aimer sa femme comme son propre corps. Celui qui aime sa femme s’aime lui-même. Car jamais personne n’a haï sa propre chair, mais il la nourrit et en prend soin » (Éphésiens 5 :28-29). Par extension, ce principe s’applique aux relations entre les hommes et les femmes en général. Ici, le verbe « aimer » signifie respecter, prendre soin et supporter. Ce verset met ensuite en perspective le fait que Jésus-Christ a donné Sa vie pour nous. Cette attitude modifiera votre comportement. Vous verrez alors les hommes et les femmes comme des personnes, non comme des objets sexualisés mis devant nos yeux de façon perverse.

Le Journal
Années :
2018
2017
2016
2015
2014

Archives :
2013
2012
2011
2010
2009
2008
2007
2006
2005
2004
2003
2002
2001
2000
1999
Autres publications
Suivez-nous sur Facebook Suivez-nous sur YouTube