Année 2018   Mai-Juin Afficher en grands caractères

Choisissez la vie, pas les lentilles

par Gerald Weston
Gerald Weston
Gerald Weston
Rédacteur en chef

« Si seulement j’avais su ce que je sais maintenant… » Malheureusement, le pouvoir de changer le passé n’existe que dans les films et les romans, pas dans la vie réelle. Des opportunités manquées au travail, ne pas avoir acheté une maison, avoir interrompu ses études… Oh, que des regrets ! Les aiguilles de l’horloge avancent toujours inexorablement. Enfin, presque toujours : il est vrai qu’elles s’arrêtèrent pendant le long jour de Josué, mais rien n’indique que des décisions passées aient pu être changées – le soleil s’est arrêté et le temps fut suspendu. Les occasions manquées sont ce qu’elles sont : des opportunités passées qui ne se représenteront jamais !

Soyez prudent dans vos décisions

La Bible révèle que les décisions que nous prenons aujourd’hui doivent être prises avec prudence, car elles peuvent engendrer des conséquences sur le long terme. Ésaü comprit trop tard que son droit d’aînesse avait beaucoup plus de valeur qu’un bol de soupe aux lentilles. Il était fatigué et affamé. Comment pouvait-il le savoir ? Ou plutôt, comment pouvait-il ne pas le savoir ? Dieu nous dit qu’il méprisa son droit d’aînesse et « plus tard, voulant obtenir la bénédiction, il fut rejeté, quoiqu’il l’ait sollicitée avec larmes ; car il ne put amener son père à changer de sentiments » (Hébreux 12 :17). Nous lisons aussi dans Genèse 27 :38 qu’Ésaü « éleva la voix, et pleura. » Le sort en était jeté ! Imaginez ce qu’il ressentira à la résurrection, lorsqu’il comprendra, à un niveau qu’il n’avait jamais imaginé pendant sa vie, la valeur de ce qu’il avait vendu pour ce bol de lentilles : l’étendue incroyable des territoires donnés aux fils de Jacob !

Il y a aussi la parabole de Lazare et de l’homme riche. Nous comprenons qu’il s’agissait d’une parabole, mais celle-ci était destinée à illustrer une leçon. Peu importe la richesse d’un individu, celui qui place ses efforts et ses intérêts dans les choses matérielles de ce monde ne prend pas une décision sage. Ses « lentilles » seront peut-être servies dans un bol plus délicat, avec des épices fines, mais il ne s’agit toujours que d’une soupe de lentilles !

À présent, le jeune homme riche qui cherchait la vie éternelle était bien réel et Jésus le mit devant un choix. Il pouvait rester comme il était ou prendre une autre décision : « Jésus […] lui dit : Il te manque une chose ; va, vends tout ce que tu as, donne-le aux pauvres, et tu auras un trésor dans le ciel » (Marc 10 :21). Il s’avéra que ses grandes réserves de « lentilles » furent plus importantes pour lui que la vie éternelle, car nous voyons qu’il « s’en alla tout triste ».

La leçon que nous devons apprendre est que, suite à cette rencontre, Pierre voulut savoir quelle serait la récompense des disciples car ils avaient tout abandonné pour suivre le Christ. La réponse que Jésus leur apporta est un grand encouragement pour tous ceux qui ont souffert dans leur famille ou au travail en raison de leur choix de suivre la vérité. « Je vous le dis en vérité, il n’est personne qui, ayant quitté, à cause de moi et à cause de la bonne nouvelle, sa maison, ou ses frères, ou ses sœurs, ou sa mère, ou son père, ou ses enfants, ou ses terres, ne reçoive au centuple, présentement dans ce siècle-ci, des maisons, des frères, des sœurs, des mères, des enfants, et des terres, avec des persécutions, et, dans le siècle à venir, la vie éternelle » (Marc 10 :29-30). Beaucoup d’entre nous avons fait l’expérience de la première partie de cette promesse et nous attendons la vie éternelle à venir !

Comprendre les implications

Bol de lentilles

Cependant, certains ont peu de vision et ils vendent le Royaume de Dieu pour un bol symbolique de lentilles. Luc 9 :57-62 donne l’exemple de trois hommes appelés à suivre le Christ, mais qui décidèrent d’agir en fonction d’autres priorités. Bien que la récompense des disciples dépasse notre imagination, les implications immédiates peuvent être élevées pour de simples êtres humains comme vous et moi. C’est pourquoi nous devons « calculer la dépense » et que les ministres relisent Luc 14 :26 et les versets suivants avec une personne avant de la baptiser. Jésus a déclaré : « Si quelqu’un vient à moi, sans me préférer à son père, à sa mère, à sa femme, à ses enfants, à ses frères et à ses sœurs, et même à sa propre vie, il ne peut être mon disciple. » Certain(e)s ont parfois été forcé(e)s de choisir entre leur conjoint et l’obéissance à Dieu. D’autres ont dû prendre des décisions qui ont déçu et fâché leurs parents. Beaucoup d’autres ont perdu leur travail ou se sont vu refuser une promotion afin de suivre la vérité divine.

Cela ne devrait pas être surprenant pour ceux qui lisent les Écritures, mais avions-nous déjà entendu un sermon à ce sujet dans les Églises où certains d’entre nous assistions avant de connaître la vérité ? Pour ma part, je n’avais jamais entendu cela. Et qu’en est-il du passage suivant ? « Ne croyez pas que je sois venu apporter la paix sur la terre ; je ne suis pas venu apporter la paix, mais l’épée. Car je suis venu mettre la division entre l’homme et son père, entre la fille et sa mère, entre la belle-fille et sa belle-mère ; et l’homme aura pour ennemis les gens de sa maison. Celui qui aime son père ou sa mère plus que moi n’est pas digne de moi, et celui qui aime son fils ou sa fille plus que moi n’est pas digne de moi » (Matthieu 10 :34-37). Nous ne devrions jamais prendre ces paroles à la légère ou penser que Jésus ne voulait pas vraiment dire cela !

Le coût – et la récompense – d’être un disciple

Le prix à payer pour être un disciple est d’être prêt à abandonner tout ce qui nous est cher. Cela peut paraître effrayant, mais la récompense en vaut la peine. Songez-y : s’il ne vous restait que cinq minutes à vivre, y a-t-il quelque chose que vous refuseriez d’abandonner en échange de la vie éternelle dans le Royaume de Dieu ? Qu’y a-t-il d’équivalent au fait de revenir à la vie spirituelle afin de vivre pour l’éternité sans douleur ni souffrance ? Allons plus loin dans ce raisonnement : combien de temps vous reste-t-il – cinq minutes, cinq jours, cinq années, cinq décennies ? Aucun d’entre nous ne sait s’il sera encore vivant demain, mais même si nous menions une longue vie, prospère et physiquement agréable, la fin viendra bien plus vite que nous ne l’imaginons. Jésus demanda : « À quoi servirait-il à un homme de gagner le monde entier, si c’est au prix de sa vie ? Que pourrait-il donner pour racheter sa vie ? » (Matthieu 16 :26, BFC). Puis Il promet que la personne qui fait tout dans l’objectif du Royaume sera récompensée selon ses œuvres (verset 27).

Les sacrifices d’aujourd’hui font partie de la routine pour la plupart d’entre nous, car nous avons l’avenir en tête. Nous faisons nos devoirs scolaires car nous savons que cela nous aidera le lendemain en classe. Nous faisons des études car nous savons que ce sera utile dans le monde du travail. Nous économisons une partie de notre salaire pour des achats spéciaux. Nous ne cherchons pas la gratification sexuelle immédiate car nous nous préparons pour une relation ultérieure destinée à durer la vie entière. Et nous prenons le temps de prier et d’étudier afin d’établir une relation avec notre Créateur, car nous savons que nous avons besoin de Son assistance quotidienne si nous voulons entrer dans le Royaume de Dieu.

Combien de gens, parmi nos connaissances, ont-ils abandonné en cours de route ? Quelle sorte de lentilles poursuivaient-ils ? Quelle difficulté fut trop grande pour eux, au point qu’ils « jettent l’éponge » et qu’ils abandonnent la vie éternelle ? Ils manquaient clairement de vision, ou ils n’en avaient jamais eu. Malheureusement, la plupart d’entre eux n’ont jamais réalisé la gravité de leur décision. Qu’en est-il de vous ? Êtes-vous conscient que les petites décisions quotidiennes – qu’il s’agisse de prier, d’étudier, de jeûner ou de donner de vous-même pour les autres – s’additionnent et déterminent si vous choisissez la vie éternelle ou une soupe de lentilles ?

Plusieurs passages du Nouveau Testament décrivent le jour à venir pendant lequel certains pleureront et grinceront des dents à cause des mauvaises décisions qu’ils auront prises. Ils le comprendront seulement après avoir saisi un aperçu de ce qu’ils ont dédaigné. De nos jours, nous ne savons pas tout ce que Dieu a en tête pour Ses enfants fidèles. Comment pourrions-nous le savoir ? Nous ne sommes que des êtres physiques et mortels. Dieu est esprit et éternel. Mais nous pouvons faire confiance à notre Père céleste. Nous pouvons faire comme Moïse qui « préféra être maltraité avec le peuple de Dieu plutôt que d’avoir pour un temps la jouissance du péché ; il regarda l’opprobre de Christ comme une richesse plus grande que les trésors de l’Égypte, car il avait les yeux fixés sur la rémunération » (Hébreux 11 :25-26).

Nous aussi, nous devons avoir les yeux fixés sur la récompense qui nous est offerte et nous devons démontrer que nous l’apprécions dans nos décisions quotidiennes. Comme nous le dit Luc 16 :10 : « Celui qui est fidèle dans les moindres choses l’est aussi dans les grandes, et celui qui est injuste dans les moindres choses l’est aussi dans les grandes. »

Agissons en fonction de ce que nous savons – afin de ne pas avoir de regrets à l’avenir et de montrer que nous choisissons la vie, pas les lentilles.

Le Journal
Années :
2018
2017
2016
2015
2014

Archives :
2013
2012
2011
2010
2009
2008
2007
2006
2005
2004
2003
2002
2001
2000
1999
Autres publications
Suivez-nous sur Facebook Suivez-nous sur YouTube