Année 1999   Archives Afficher en grands caractères

Gardez les yeux sur le but

par Roderick Meredith
(1930-2017)

Herbert W. Armstrong avait l’habitude de dire : « Ne quittez jamais le but des yeux. » Tous les athlètes de haut niveau comprennent le slo­gan : « Gardez les yeux sur la balle. »

Frères, récemment, nous qui sommes dans l’Eglise du Dieu Vivant avons été éprouvés, testés et « tamisés » de multiples façons. La plupart de ceux que Dieu a ap­pelés sont sortis du catholicisme ou du protestantisme pour entrer d’abord dans l’Eglise Universelle. Ensuite, après l’apostasie, nous la quittâmes pour venir à l’Eglise Mondiale. Puis, lorsque trois hom­mes de celle-ci se servirent des statuts pour prendre le contrôle de l’administration – en ayant, à l’évidence l’idée de réduire la pré­dication de l’Evangile – nous nous joignî­mes tous pour fonder l’Eglise du Dieu Vivant.

Depuis le commencement, Herbert W. Armstrong soulignait que la prédication de l’Evangile, de par le monde, était la « première » mission de l’Eglise. Deuxiè­mement, et certainement très importante aussi, l’autre mission, consistait à « nourrir le troupeau ». Car Jésus-Christ a dit : « Allez, faites de toutes les nations des disciples, les baptisant au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit, et enseignez-leur à observer tout ce que je vous ai prescrit. Et voici, je suis avec vous tous les jours, jusqu’à la fin du monde » (Matthieu 28 :19-20).

Jésus a dit aussi : « Allez par tout le monde, et prêchez la bonne nouvelle à toute la création. Celui qui croira et qui sera bap­tisé sera sauvé, mais celui qui ne croira pas sera condamné » (Marc 16 :15-16). Et encore : « Cette bonne nouvelle du royaume sera prêchée dans le monde entier, pour ser­vir de témoignage à toutes les nations. Alors viendra la fin » (Matthieu 24 :14).

Après Sa résurrection, Jésus S’adressa directement au chef des douze apôtres, Pierre, en lui disant: « Pais mes agneaux […] Pais mes brebis […] Pais mes bre­bis » (Jean 21 :15-17).

Il est clair que la prédication de l’Evangile était la première tâche assignée à l’Eglise. Mais il faut aussi que le petit nom­bre de gens, appelés à se repentir, soient « nourris ». Ils ont besoin d’être enseignés, encouragés et dirigés comme un « attelage », de sorte qu’ils puissent ensem­ble prêter main forte aux autres dans l’accomplissement de la première mission. Notre participation à l’Œuvre de l’Eglise du Dieu Vivant est en elle-même une part im­portante de notre enseignement et de notre entraînement en vue d’entrer dans le Royaume de Dieu. Car nous apprenons à travailler de concert, comme le fait un atte­lage – le « corps » de Jésus-Christ sur terre, aujourd’hui. Nous apprenons à coopérer, à nous soumettre les uns aux autres, à nous encourager et à nous soutenir dans l’accomplissement de la CROISADE qui consiste à proclamer le message du Christ à un monde moribond.

Nous avons besoin de nous impli­quer tous, intensément, dans une cause qui a PLUS D’IMPORTANCE que nos propres personnes. C’est une chose qui est bonne et élevée pour chaque homme. Elle nous aide à distinguer nos priorités personnelles dans la vie. Et elle nous aide à mettre journellement l’objectif sur le Royaume de Dieu, qui est maintenant tout proche. D’une manière gé­nérale, nous sommes tous des « ambassadeurs », représentant ce GOUVERNEMENT à venir – le gouvernement réel que Jésus-Christ établira bientôt sur terre, avec son centre à Jérusalem !

Ce devrait être pour nous une pro­fonde satisfaction que d’aider les autres à comprendre les LOIS de ce Royaume à ve­nir – et aussi le MODE DE VIE que Dieu nous demande de pratiquer. De tout notre cœur, nous devrions chercher à vivre nous-mêmes de cette façon-là – et nous préparer ainsi à jouer un rôle significatif pour ensei­gner et pour gouverner des millions d’êtres humains, qui auront besoin de notre aide lors de l’établissement tout proche du gou­vernement du Christ sur un monde déso­rienté et traumatisé par les guerres.

Nous devrions aussi profondément apprécier l’occasion qui nous est offerte de « crier à plein gosier » l’annonce du CHA­TIMENT qui frappera la maison d’Israël lors de la Grande Tribulation. Nous devrions fréquemment penser et méditer sur les pas­sages de la Bible qui traitent de notre besoin d’être profondément compatissants envers ceux qui iront dans cette Tribulation : « Si tu faiblis au jour de la détresse, ta force n’est que détresse. Délivre ceux qu’on traîne à la mort, ceux qu’on va égorger, sauve-les ! Si tu dis : Ah ! nous ne savions pas ! […] Celui qui pèse les cœurs ne le voit-il pas ? Celui qui veille sur ton âme ne le connaît-il pas ? Et ne rendra-t-il pas à chacun selon ses œuvres ? » (Proverbes 24 :10-12).

Assurément, la PLUS GRANDE époque de souffrance de l’histoire humaine arrivera bientôt : « Car alors, la détresse sera si grande qu’il n’y en a point eu de pareille depuis le commencement du monde jusqu’à présent, et qu’il n’y en aura jamais. Et si ces jours n’étaient abrégés, personne ne serait sauvé ; mais, à cause des élus, ces jours se­ront abrégés » (Matthieu 24 :21-22). Si nous persévérons comme des « Philadelphiens » – c’est-à-dire comme ceux qui veulent œuvrer et faire des sacrifices, pour que puisse être utilisée effectivement la « porte ouverte » pour prêcher l’Evangile – nous serons pro­tégés des horreurs de cet holocauste : « Parce que tu as gardé la parole de la per­sévérance en moi, je te garderai aussi à l’heure de la tentation qui va venir sur le monde entier, pour éprouver les habitants de la terre. Je viens bientôt. Retiens ce que tu as, afin que personne ne prenne ta cou­ronne » (Apocalypse 3 :10-11).

Frères, je sais que vous êtes, pour la plupart, des « Philadelphiens » dans votre attitude et dans votre approche. Seulement, je vous demande de prendre conscience que SI nous devons proclamer au monde le mes­sage du Christ, avec une PLEINE PUIS­SANCE, il sera peut-être nécessaire pour beaucoup d’entre vous, qui êtes sur le ter­rain, de faire temporairement sans pasteur local, ou sans lieu de réunion à proximité. Il n’est PAS envisagé de réduire le nombre de pasteurs ou d’Eglises. Mais, plutôt, nous ne sommes pas en mesure, pour quelque temps, d’en ajouter d’autres. Il sera peut-être néces­saire que vous appréciiez profondément et que vous EXPLOITIEZ les sermons enregistrés, les programmes télévisés, les bro­chures et les articles que nous vous enver­rons AU LIEU DE tout ce qui était à votre disposition au sein des Eglises locales, des études bibliques, des clubs d’orateurs et d’autres activités merveilleuses que nous appréciions tous lors des dernières années dans notre ancienne association. Car, pour quelques années au moins, nous allons avoir besoin de mettre l’accent sur la première mission dans l’utilisation de nos ressources financières, limitées, et de notre main-d’œuvre.

S’il vous plaît, pensez et priez à ce sujet !

Une telle approche était aussi celle de M. Armstrong, qui fut guidé par le Christ dans les premières années de l’Œuvre. La plus grosse partie des revenus de cette épo­que allait directement à la prédication de l’Evangile. Même 18 ans après la fondation de l’Eglise de Dieu à la Radio, en 1934, il n’y avait que TROIS congrégations locales ! Je le sais, car j’y prêchais. Ensuite, après mon diplôme, le Christ Se servit de moi pour inaugurer les quatrième et cinquième congrégations de l’Eglise Universelle, res­pectivement ici, à San Diego, en Californie et à Tacoma dans l’Etat de Washington. Plus tard, je fus utilisé pour établir un bon nombre de congrégations, aussi bien aux Etats-Unis qu’en Grande-Bretagne.

Je veux dire par là que je sens pro­fondément le besoin de nous concentrer sur la première mission, et tout faire pour « CRIER A PLEIN GOSIER » (Esaïe 58 :1) le message d’avertissement à Israël pendant qu’il est temps, et prêcher du fond du cœur l’Evangile du Royaume de Dieu, ainsi que le vrai nom de Jésus-Christ (Actes 8 :12 ; 28 :31) au monde entier. Si nous réalisons correctement ce tour de force qui consiste à faire sortir des gens aveuglés et confus de ce monde séduit, nous aurons mis en place une base solide pour une GRANDE croissance future dans tous les aspects de l’Œuvre – y compris, par conséquent, plus de ministres, plus d’Eglises, de clubs et d’autres activités.

En attendant, chacun de nous devrait essayer individuellement de « marcher avec Dieu » – en étudiant avec ferveur, en priant sérieusement, en méditant, en jeûnant régulièrement et en « se nourrissant au Christ ». En fait, nous devrions autant croître spirituellement que si nous étions au milieu d’un plus grand nombre de gens à l’Eglise, de plus d’activités, etc. Rappelez-vous, frères, que ce fut longtemps après que ces Eglises locales et ces activités fonctionnaient que commença la GRANDE APOSTASIE de notre époque!

Alors, beaucoup de membres les plus « anciens » – y compris beaucoup d’entre vous – restèrent solides dans la VERITE.

Pourquoi ? Peut-être parce que vous étiez venus dans l’Eglise à la suite d’un pro­fond engagement personnel, par des prières, par l’étude zélée de la Bible et par la médi­tation, vous n’aviez pas eu « besoin » qu’un ministre ou que l’Eglise vous dicte ce que vous aviez à faire quand tout volait en éclat ! A travers votre contact personnel avec Dieu et avec le Christ, vous aviez perçu où était prêchée la Vérité et où l’Œuvre était faite.

Dans les semaines et dans les mois à venir, beaucoup d’entre nous qui dirigeons l’Œuvre, penserons, jeûnerons et prierons pour savoir comment trouver le juste équili­bre entre les deux grandes missions que Jésus-Christ nous a confiées. Priez avec nous au sujet de cette question essentielle. Ecrivez-moi personnellement à ce sujet, car nous apprécions vos pensées et vos prières.

Le Journal
Années :
2021
2020
2019
2018
2017
2016
2015
2014

Archives :
2013
2012
2011
2010
2009
2008
2007
2006
2005
2004
2003
2002
2001
2000
1999
Autres publications
Suivez-nous sur Facebook Suivez-nous sur YouTube