Année 2018   Juillet-Août Afficher en grands caractères

Pourquoi l’Église du Dieu Vivant ?

par Mike DeSimone

Vu le nombre de groupes affirmant être « l’Église de Dieu », il serait bon de nous poser la question suivante : « Ai-je prouvé que je suis dans le bon groupe ? » Effectivement, pourquoi sommes-nous ici ? Avons-nous prouvé que nous sommes bien là où nous devrions être ? Pouvons-nous expliquer pourquoi nous sommes dans l’Église du Dieu Vivant ? Dans cet article, nous examinerons quatre attributs concrets qui caractérisent l’Église de Dieu.

Siège central de l’Église du Dieu Vivant
Siège central de l’Église du Dieu Vivant

Notre but n’est pas de convaincre les gens à y croire, mais de vous donner des éléments bibliques vous montrant pourquoi l’Église du Dieu Vivant croit et enseigne ces vérités. L’objectif est de vous donner les quatre qualités intrinsèques les plus importantes de l’Église du Dieu Vivant, que vous pouvez prouver dans la parole de Dieu. Ceux qui ont prouvé ces choses par la Bible, et qui y croient, savent dans quel groupe ils doivent se trouver.

Les chapitres 2 et 3 d’Apocalypse contiennent les lettres adressées à sept Églises du premier siècle – toutes étaient dirigées par Jésus-Christ (Apocalypse 1 :9-20). Bien qu’étant des Églises de Dieu, elles n’étaient pas toutes pareilles. Elles avaient des caractéristiques distinctes et si nous avons « des oreilles [pour entendre] ce que l’Esprit dit aux Églises », nous comprendrons l’importance de savoir dans quel groupe nous sommes et quels sont ses attributs !

Prêcher tout le conseil de Dieu

Que cela signifie-t-il ? Évidemment, personne ne dira : « Notre Église n’enseigne pas tout le conseil de Dieu. » Mais ce premier point est pertinent et concret. M. Meredith avait écrit à ce propos :

« Dans certains groupes, les dirigeants semblent afficher une volonté à “tergiverser” sur ces sujets fondamentaux – pour éviter les réponses claires, voire rejeter celles que l’Église et la parole de Dieu enseignent depuis longtemps. Une telle négligence spirituelle, ainsi que leur habileté à éluder ces sujets, conduit leur groupe et leurs membres à être dans l’incertitude concernant la nature de Dieu et beaucoup d’autres éléments-clés extrêmement importants aux yeux du Dieu tout-puissant ! » (Living Church News, novembre-décembre 2010, page 2).

Afin d’accommoder les idées personnelles, d’éviter les confrontations et de perdre des membres mécontents, certains rejettent ou esquivent diverses vérités présentes dans la parole de Dieu et que l’Église a comprises par l’intermédiaire de M. Armstrong. Plusieurs groupes rejettent des points très faciles à prouver, comme la bonne forme du gouvernement dans l’Église, l’identité des descendants d’Israël, la nature et l’identité de Dieu, ou encore les ères de l’Église dans Apocalypse 2 et 3. L’Église de Dieu devrait enseigner toute la vérité biblique. Elle ne devrait pas éluder certaines vérités par convenance personnelle ou pour éviter des conflits.

Paul a écrit aux anciens d’Éphèse : « C’est pourquoi je vous déclare aujourd’hui que je suis pur [ou innocent] du sang de vous tous, car je vous ai annoncé tout le conseil de Dieu, sans en rien cacher » (Actes 20 :26-27). L’apôtre Paul portait sur ses épaules la responsabilité de prêcher toute la vérité. La même tâche repose désormais sur les épaules de l’Église de Dieu. L’Église de Philadelphie est félicitée pour « [avoir] gardé ma parole, et [ne pas avoir] renié mon nom » (Apocalypse 3 :8), tandis que d’autres sont réprimandées pour s’être écartées de « tout le conseil » (Apocalypse 2 et 3). Elles restaient des Églises de Dieu et elles gardaient le sabbat, mais elles n’enseignaient pas toute la vérité ! L’Église de Pergame (“l’Église des compromis”) et celle de Thyatire (“l’Église aux mœurs corrompues”) en sont des exemples particulièrement poignants. Enseigner « tout le conseil », tel qu’il a été révélé dans la parole de Dieu, est extrêmement important !

Prêcher à la fois l’Évangile du Royaume de Dieu ET l’avertissement d’Ézéchiel

Le deuxième point biblique concret, que l’Église du Dieu Vivant annonce et qu’elle s’efforce d’accomplir, est le commandement de prêcher l’Évangile du Royaume de Dieu à venir, ainsi que le message d’avertissement d’Ézéchiel. Prétendre que cette Œuvre est « terminée » et qu’il n’est plus nécessaire de la poursuivre, ou que nous devrions seulement l’annoncer aux membres de l’Église pour « préparer l’épouse », est incompatible avec les Écritures. Cela revient à renier la mission même du corps de Jésus-Christ !

Jésus a déclaré : « Ma nourriture est de faire la volonté de celui qui m’a envoyé, et d’accomplir son œuvre » (Jean 4 :34). Il est « le même hier, aujourd’hui, et éternellement » (Hébreux 13 :8) et « il est la tête du corps de l’Église » (Colossiens 1 :18). Lorsqu’Il vécut ici-bas, Sa vie entière était focalisée sur cela. « Jésus alla dans la Galilée, prêchant l’Évangile de Dieu […] car c’est pour cela que je suis sorti » (Marc 1 :14, 38). Même après Sa résurrection, cette mission était toujours dans Son esprit et Il ordonna à Ses disciples : « Allez, faites de toutes les nations des disciples, les baptisant au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit, et enseignez-leur à observer tout ce que je vous ai prescrit » (Matthieu 28 :19-20). S’adressait-Il seulement à Ses disciples proches ? Son commandement prenait-il fin à la mort de M. Herbert Armstrong, ou à une autre date ? Certains affirment que c’est le cas, mais l’Église du Dieu Vivant croit fermement que cette mission s’adresse à l’Église de Dieu jusqu’à la « fin du monde » !

Car Jésus ajoute : « Et voici, je suis avec vous tous les jours, jusqu’à la fin du monde » (verset 20). Nous voyons donc que l’Évangile ou la « bonne nouvelle du royaume sera prêchée dans le monde entier, pour servir de témoignage à toutes les nations. Alors viendra la fin » (Matthieu 24 :14) ! Une partie du peuple de Dieu poursuivra cette mission jusqu’au début de la grande tribulation (Matthieu 24 :3-28). Ce travail ne se fera pas en catimini, mais avec puissance ! Cette mission ne sera pas accomplie en croyant ou en enseignant que la prédication au monde est déjà terminée. Pas plus qu’elle ne sera accomplie par un petit site Internet géré par un individu isolé. Elle sera accomplie par le corps de Jésus-Christ, composé des nombreux membres conduits par Son Esprit et prenant cette mission au sérieux.

L’Église originelle saisissait chaque opportunité pour prêcher l’Évangile et chaque « porte grande et d’un accès efficace » ouverte par Dieu (1 Corinthiens 16 :9). Certaines opportunités étaient très grandes : « Après leur arrivée, ils convoquèrent l’Église, et ils racontèrent tout ce que Dieu avait fait avec eux, et comment il avait ouvert aux nations la porte de la foi » (Actes 14 :27). D’autres opportunités étaient plus limitées, en leur permettant de prêcher dans une ville et pas dans une autre : « Étant arrivé dans la Troade pour l’évangile du Christ, et une porte m’y étant ouverte dans le Seigneur… » (2 Corinthiens 2 :12, Darby). De la même manière que Jésus a agi avec Son Église juste après Sa résurrection, Il continuera à ouvrir des portes à l’Église de Philadelphie afin que l’Évangile soit prêché jusqu’à la fin du monde (Apocalypse 3 :8) ! Il y aura toujours quelqu’un pour franchir ces portes et l’Église du Dieu Vivant croit fermement que cette mission est commandée par Dieu !

Certains affirment que l’Œuvre est terminée et que l’Église doit maintenant « préparer l’épouse ». Or, la préparation de l’Église consiste à faire tout ce que Jésus-Christ lui a ordonné, c’est-à-dire prêcher l’Évangile du Royaume de Dieu et avertir le monde des événements à venir ! Cependant, il ne suffit pas de prétendre prêcher l’Évangile en y consacrant le minimum de ressources (Matthieu 6 :21). De plus, il serait également très dangereux de ne prêcher que les « bonnes nouvelles » de l’Évangile sans avertir nos nations des catastrophes qui les menacent si elles refusent de se repentir !

Le peuple de Dieu ferait preuve de négligence s’il se taisait en voyant « venir l’épée » ! « Si la sentinelle voit venir l’épée, et ne sonne pas de la trompette ; si le peuple n’est pas averti, et que l’épée vienne enlever à quelqu’un la vie, celui-ci périra à cause de son iniquité, mais je redemanderai son sang à la sentinelle » (Ézéchiel 33 :6). Le sang du monde serait sur nos mains si, en tant que peuple de Dieu, nous gardions le silence sur ce qui doit arriver (Ézéchiel 33 :1-11) ! L’Église du Dieu Vivant croit et enseigne que nous devons prêcher l’Évangile au monde entier et l’avertir des difficultés à venir, avant que Dieu n’établisse Son Royaume !

Jésus a dit que « cette bonne nouvelle du royaume sera prêchée dans le monde entier, pour servir de témoignage à toutes les nations. Alors viendra la fin » (Matthieu 24 :14). La totalité du peuple de Dieu n’agira pas ainsi à la fin des temps (Apocalypse 3 :14-22), mais ceux qui s’investissent dans l’Œuvre pour diffuser l’Évangile à ce monde moribond bénéficieront de la promesse divine faite par l’intermédiaire de Daniel : « Ceux qui auront enseigné la justice à la multitude brilleront comme les étoiles, à toujours et à perpétuité » lors de la résurrection à la vie éternelle (Daniel 12 :3).

La bonne forme de gouvernement

Une autre doctrine concrète qui devrait distinguer l’Église de Dieu est son approche du gouvernement au sein de l’Église. La parole de Dieu révèle comment Son gouvernement est organisé et nous en voyons des exemples à travers les descriptions du Royaume à venir. Nous comprenons, d’après les Écritures, que le Père règne de façon suprême et que Jésus-Christ est sous Son autorité (Jean 14 :28 ; Daniel 7 :9-14 ; Luc 1 :32-33). Dans le Royaume, Jésus régnera sur la Terre en tant que Roi des rois et Seigneur des seigneurs (Zacharie 14 :9 ; Apocalypse 19 :16). Abraham, Isaac, Jacob, Moïse, Élie et d’autres auront assurément des postes très élevés (Hébreux 7 :4-10 ; 11 :8-29 ; Matthieu 17 :1-3). À la résurrection, le roi David régnera sur tout le peuple d’Israël (Jérémie 30 :9 ; Ézéchiel 37 :24-25 ; Osée 3 :5). Les douze apôtres seront « assis sur douze trônes, et [ils jugeront] les douze tribus d’Israël » (Matthieu 19 :28), sous le roi David. Enfin, Jésus a déclaré en s’adressant à tous Ses disciples : « Venez, vous qui êtes bénis de mon Père ; prenez possession du royaume qui vous a été préparé dès la fondation du monde » (Matthieu 25 :34). Une des raisons pour laquelle la première résurrection est qualifiée de « meilleure résurrection » (Hébreux 11 :35) est que, pendant le Millénium, les véritables chrétiens se verront confier l’extraordinaire opportunité de régner sur des villes, comme rois et sacrificateurs sous l’autorité des saints mentionnés précédemment (Matthieu 25 :14-30 ; Apocalypse 5 :10 ; 20 :4-6) !

Appliquer la bonne forme de gouvernement au sein de l’Église est essentiel pour nous préparer au Royaume de Dieu ! Les différents postes dans ce Royaume ne seront pas attribués grâce à des élections, de même que l’Église fondée par Jésus-Christ ne désignait pas ses apôtres et ses responsables en votant. Au contraire, Dieu distribuera ces postes par nomination (Matthieu 20 :23), tout comme Il attribue actuellement les postes dans Son Église – c’est une des 18 vérités que Dieu a restaurées dans Son Église par l’intermédiaire de M. Herbert Armstrong ! « Et il a donné les uns comme apôtres, les autres comme prophètes, les autres comme évangélistes, les autres comme pasteurs et docteurs » (Éphésiens 4 :11). Paul « ordonna » à Tite de nommer ou « [d’établir] des anciens dans chaque ville » (Tite 1 :5). Les apôtres demandèrent aux frères à Jérusalem de leur présenter plusieurs membres dirigeants afin qu’ils les « [chargent] de cet emploi » (Actes 6 :3) comme diacres, pas pour les présenter à des élections.

Dieu n’a jamais établi Ses dirigeants spirituels par un scrutin, même si notre société démocratique considère les élections comme une bonne méthode pour désigner ses responsables. Une telle tentative eut lieu lorsque Moïse était à la tête d’Israël. Plusieurs personnes n’appréciant pas le gouvernement établi par Dieu confrontèrent Moïse et Aaron en leur disant : « C’en est assez ! car toute l’assemblée, tous sont saints, et l’Éternel est au milieu d’eux. Pourquoi vous élevez-vous au-dessus de l’assemblée de l’Éternel ? » (Nombres 16 :3). La Bible entière souligne que la bonne forme de gouvernement se fait par nomination et non par des hommes qui choisissent leurs propres responsables.

Il est d’ailleurs intéressant de noter que la lettre à l’Église de Philadelphie parle du gouvernement (cf. Apocalypse 3 :7 ; Ésaïe 22 :22 ; 9 :6) – dans ce cas, du gouvernement de Dieu qui repose « sur l’épaule » du Christ. M. Meredith a souvent souligné le lien entre la « clé de David » et la bonne forme de gouvernement, et Jésus-Christ commence Sa lettre à l’Église de Philadelphie – symbole des chrétiens zélés et fidèles des temps de la fin – avec une référence à la bonne forme d’autorité gouvernementale légitime et divine.

Dieu nous laisse décider, et Il ne force pas Son peuple à se soumettre actuellement à Sa forme de gouvernement, mais nous devrions être très vigilants à ne pas nous éloigner du modèle biblique. La question est la suivante : bien qu’Il ne nous oblige pas à suivre Ses voies, agissons-nous comme Il le souhaite ? (voir Matthieu 4 :4). L’Église du Dieu Vivant croit à la forme de gouvernement que Dieu utilise et qu’Il nous montre dans la Bible, de la Genèse à l’Apocalypse. Non seulement, nous y croyons, mais nous l’appliquons. Cette forme de gouvernement exige que nous fassions confiance à Jésus-Christ, qui est la Tête de Son Église, et aussi que nous mettions en pratique le prochain point. L’un ne va pas sans l’autre dans le modèle de gouvernement divin !

Amour divin et dirigeant serviteur

En expliquant à Ses disciples comment mettre en place la bonne forme de gouvernement, Jésus leur dit : « Vous savez que les chefs des nations les tyrannisent, et que les grands les asservissent. Il n’en sera pas de même au milieu de vous. Mais quiconque veut être grand parmi vous, qu’il soit votre serviteur ; et quiconque veut être le premier parmi vous, qu’il soit votre esclave. C’est ainsi que le Fils de l’homme est venu, non pour être servi, mais pour servir et donner sa vie comme la rançon de beaucoup » (Matthieu 20 :25-28). Pierre expliqua aussi que le but du ministère est de servir les membres : « Paissez le troupeau de Dieu qui est sous votre garde […] non pour un gain sordide, mais avec dévouement ; non comme dominant sur ceux qui vous sont échus en partage, mais en étant les modèles du troupeau » (1 Pierre 5 :2-3).

L’amour consiste à préserver l’Église de Dieu des pratiques pécheresses (qui violeraient la loi divine, 1 Corinthiens 5 :1-8), sans pour autant inventer des lois ou des règles strictes et non bibliques, comme le faisaient les pharisiens qui excluaient ceux qui les transgressaient. Notre approche ne doit pas être dure et dictatoriale. « Or, il ne faut pas qu’un serviteur du Seigneur ait des querelles ; il doit, au contraire, être affable pour tous, propre à enseigner, doué de patience ; il doit redresser avec douceur les adversaires » (2 Timothée 2 :24-25).

Il est de notre devoir, en tant que peuple de Dieu, de croître dans une attitude de service et de chaleur envers les autres (Philippiens 2 :3-4). Le Christ nous ordonne : « Aimez-vous les uns les autres ; comme je vous ai aimés, vous aussi, aimez-vous les uns les autres. À ceci tous connaîtront que vous êtes mes disciples, si vous avez de l’amour les uns pour les autres » (Jean 13 :34-35). Jésus-Christ est le dirigeant parfait et Il nous a montré ce qu’est l’amour parfait. Il est venu pour servir l’humanité ! Le nom Philadelphie signifie « amour fraternel ». C’est le mode de vie divin qui doit se refléter dans notre vie !

Nous ne devons pas instiller la peur des hommes dans l’Église de Dieu, mais plutôt fortifier, encourager, bâtir et édifier (Éphésiens 4 :11-16). Notre tâche est d’édifier les familles, pas de les déchirer (1 Corinthiens 7 :10-16 ; 1 Pierre 3 :1-5) ! Certains proches non convertis peuvent être inquiets lorsque Dieu nous appelle et parfois ils se tournent même contre nous (Matthieu 10 :34-39). Mais en aucun cas, nous ne devrions être à l’origine de la division en repoussant les membres de notre famille qui ne sont pas dans l’Église du Dieu Vivant (Matthieu 15 :5-6 ; Romains 12 :18). Les ministres de Dieu ne devraient pas conduire des membres vers la discorde, la séparation et la division, mais vers la paix et l’unité au sein de la famille (Malachie 4 :6).

Dans le cadre de sa mission, l’Église du Dieu Vivant croit et enseigne à « apprendre et mettre en pratique le concept de dirigeant-serviteur dans nos rapports avec les autres ». M. Meredith nous a guidés vers une culture d’amour et de service, et il souhaitait que nous continuions à croître dans cette voie ! Nous devons être des dirigeants semblables au Christ dans la fidélité, la constance, l’humilité et l’amour. Lorsque des gens cherchent à contester la vérité, ne soyons pas indécis, mais soyons plutôt fermes – toujours avec amour et bonté.

La question

Dieu ne nous « impose » rien, Il nous laisse le libre arbitre. Mais chacun d’entre nous a la responsabilité de prouver les enseignements de Sa parole (1 Thessaloniciens 5 :21), puis de marcher dans la foi et d’agir en conséquence. De nombreuses organisations prétendent représenter Dieu, chacune avec leur propre version. Parmi celles qui gardent le sabbat et les Jours saints, quelques-unes détiennent une partie de la vérité, mais elles ne sont pas toutes identiques. En se référant aux Églises décrites dans Apocalypse 2 et 3, M. Richard Ames posa un jour les questions suivantes dans un sermon : À quelle Église voulons-nous appartenir ? À celle qui est morte ? À celle qui est corrompue ? Quelle attitude et quel esprit devrions-nous chercher à imiter ?

Nous n’y parviendrons pas parfaitement au cours de cette vie, mais nous devrions nous efforcer de refléter le caractère de l’Église décrite dans Apocalypse 3 :7-13 et nous devrions avoir des oreilles qui « [entendent] ce que l’Esprit dit aux Églises ». Si nous prétendons être philadelphiens, quelle marge d’amélioration reste-t-il ? Nous ferions preuve de sagesse en prenant au sérieux l’avertissement d’Apocalypse 3 :17-18 ! Nous devons constamment nous examiner pour identifier le mal et nous en débarrasser ! M. Meredith rappelait souvent que « nous sommes l’Église de Dieu qui accomplit une Œuvre philadelphienne dans l’ère de Laodicée ». Le choix de l’organisation que nous fréquentons et soutenons n’est pas anodin. Nous aurions pu aborder de nombreux autres aspects, mais ces quatre points sont concrets et faciles à prouver dans les Écritures. L’Église du Dieu Vivant y croit pleinement, elle les enseigne et elle s’efforce de les appliquer.

Le Journal
Années :
2018
2017
2016
2015
2014

Archives :
2013
2012
2011
2010
2009
2008
2007
2006
2005
2004
2003
2002
2001
2000
1999
Autres publications
Suivez-nous sur Facebook Suivez-nous sur YouTube