Retour à la liste des lettres Afficher en grands caractères

Lettre co-ouvrière, 17 juillet 2013

par Richard Ames

Chers frères et sœurs, chers co-ouvriers en Christ,

L’Œuvre de Dieu poursuit sa croissance et son expansion, sous la direction de notre évangéliste président, le Dr Roderick C. Meredith. Nous remercions Dieu pour le zèle et la vision dont fait preuve ce dernier, à l’âge de 83 ans. Il gère les activités du Monde de Demain et de l’Église du Dieu Vivant au niveau mondial, tout en communiquant quotidiennement, depuis son bureau de Charlotte, en Caroline du Nord, avec les ministres et les membres du monde entier. Sa passion pour l’accomplissement de la Grande Mission demeurant intacte, il nous inspire tous à courir « vers le but, pour remporter le prix de la vocation céleste de Dieu en Jésus-Christ » (Philippiens 3 :14). En raison de son agenda chargé ce mois-ci, il m’a demandé de vous écrire cette lettre mensuelle.

Comme cela a été annoncé dans notre dernière lettre aux co-ouvriers, notre programme télévisé couvrira désormais la Russie ainsi que d’autres peuples de la Communauté des États indépendants (CEI). Ces émissions seront doublées en langue russe. Nous sommes heureux de cette nouvelle porte qui s’ouvre pour la prédication de l’Évangile. Les deux premières présentations seront de M. Meredith (« Comment vous pouvez CONNAÎTRE Dieu ? »), en date du 24 juillet, et de moi-même (« Clefs essentielles pour étudier la Bible »), en date du 31 juillet.

J’espère que vous avez pu regarder la conférence donnée en direct sur notre site par M. Meredith le 30 juin dernier, traitant de la prophétie et du déclin des nations occidentales, et dans laquelle il incriminait fortement les nations soutenant et mettant en avant le mariage homosexuel. Le 27 juin dernier, la Cour suprême des États-Unis a invalidé la loi qui avait été votée par le Congrès sur la défense du mariage. Comme l’a annoncé M. Meredith, ceux qui se rebellent contre les lois divines ne défieront pas la Cour suprême céleste ! L’Histoire reflète le déclin, la décadence et l’autodestruction des civilisations qui ont rejeté les Dix Commandements et le concept de famille nucléaire. Ce fut le cas de l’Empire romain. Vous trouverez d’ailleurs sur notre site Internet l’article « L’ascension et la chute des nations », que j’avais écrit pour notre revue de juillet-août 2002.

Vingt-neuf des cinquante États américains interdisent actuellement le mariage de même sexe ; dans cinq autres, bien que non légal, il n’est pas explicitement prohibé. Vingt États proscrivent les « unions civiles homosexuelles », qui tendent à s’assimiler au mariage. La force morale de ceux-ci subsistera-t-elle, ou seront-ils aussi minés par la vague d’immoralité ? Cette Œuvre a mis en garde, et le fera encore, nos pays occidentaux : s’ils ne se repentent et ne se tournent vers leur Créateur, Dieu les jugera en les châtiant sévèrement. Le prophète Jérémie a traité de notre époque et de la grande tribulation de la fin, événement unique de l’Histoire par lequel les descendants de l’ancien patriarche Jacob (les douze tribus, dont la plupart peuplent nos nations occidentales) seront punis : « Malheur ! car ce jour est grand ; il n’y en a point eu de semblable. C’est un temps d’angoisse pour Jacob ; mais il en sera délivré » (Jérémie 30 :7). Pourquoi Dieu affligera-t-Il nos peuples ? « Car je t’ai frappée comme frappe un ennemi, je t’ai châtiée avec violence, à cause de la multitude de tes iniquités, du grand nombre de tes péchés » (verset 14).

Lorsque Dieu punissait l’ancienne maison d’Israël, Il Se servait parfois des nations païennes pour témoigner de la justice de Ses actes (Deutéronome 29 :24-28 ; Amos 3 :9-15). Pendant des décennies, l’URSS fut la seule « superpuissance » à défier les États-Unis. Malgré la désintégration de l’Union soviétique, il est ironique de constater quelle est, aux yeux d’une grande partie de la population de cette dernière, la « superpuissance » à s’être écroulée ! Comme le rapporte un commentateur russe : « Les États-Unis sont en faillite, la Russie est le plus grand producteur de pétrole au monde, avec une économie en croissance. La Russie ne se met pas en retrait, elle a l’appui de la Chine. Qui soutiendra les États-Unis ? La minuscule Grande-Bretagne ? Les Américains se transforment en homos, les hommes russes ressemblent de plus en plus aux frères Klitschko. L’Amérique équivaut aux Sodome et Gomorrhe modernes, alors que le christianisme triomphe en Russie. Dans celle-ci, il n’est pas d’organisation pour les libertés civiles (telle l’ACLU aux USA) qui poursuive des chrétiens en justice. Le plus grand pays de la planète n’exprime que du mépris envers les bombes et missiles de la diplomatie américaine » (« Poutine terrasse Obama », english.pravda.ru, 18 juin 2013).

Quelle condamnation d’une nation qui se proclamait judéo-chrétienne : « L’Amérique équivaut aux Sodome et Gomorrhe modernes » ! Il est clair, pour des nations païennes, que notre immoralité engendrera un jugement ! Quand apprendrons-nous notre leçon ? L’Occident a été béni par Dieu, au cours de l’Histoire. Cependant, le jour du jugement approche. Nous devions représenter la lumière de la véritable liberté, en vertu du droit, aux yeux du monde. Les instructions de Dieu envers l’ancien Israël s’appliquent à nous. Moïse, Son serviteur, déclara : « Voici, je vous ai enseigné des lois et des ordonnances, comme l’Éternel, mon Dieu, me l’a commandé, afin que vous les mettiez en pratique dans le pays dont vous allez prendre possession. Vous les observerez et vous les mettrez en pratique ; car ce sera là votre sagesse et votre intelligence aux yeux des peuples, qui entendront parler de toutes ces lois et qui diront : Cette grande nation est un peuple absolument sage et intelligent ! Quelle est, en effet, la grande nation qui ait des dieux aussi proches que l’Éternel, notre Dieu, l’est de nous toutes les fois que nous l’invoquons ? Et quelle est la grande nation qui ait des lois et des ordonnances justes, comme toute cette loi que je vous présente aujourd’hui ? » (Deutéronome 4 :5-8).

Pendant 200 ans, les États-Unis et d’autres démocraties occidentales se sont érigés en flambeau de la liberté aux yeux des peuples opprimés à travers le monde. La Statue de la Liberté en était le symbole, en vertu de la loi. Mais de nos jours, des dirigeants sans foi ni loi en ont perverti les normes, transformant de par leurs actions politiques et leur mode de vie toute forme de péché en liberté. L’apôtre Paul, cependant, montre clairement la réalité de cette supercherie. Qu’est-ce qui définit la liberté et l’esclavage ? « Ne savez-vous pas qu’en vous livrant à quelqu’un comme esclaves pour lui obéir, vous êtes esclaves de celui à qui vous obéissez, soit du péché qui conduit à la mort, soit de l’obéissance qui conduit à la justice ? Mais grâces soient rendues à Dieu de ce que, après avoir été esclaves du péché, vous avez obéi de cœur à la règle de doctrine dans laquelle vous avez été instruits. Ayant été affranchis du péché, vous êtes devenus esclaves de la justice » (Romains 6 :16-18).

Jésus révèle également la source de l’authentique liberté : « Jésus dit alors aux Juifs qui l’avaient cru : Si vous demeurez dans ma parole, vous êtes vraiment mes disciples et vous connaîtrez la vérité et la vérité vous libérera » (Jean 8 :31-32, Bible de Jérusalem).

Les États-Unis viennent de célébrer leur fête nationale, le 4 juillet, célébrant la signature de la Déclaration d’Indépendance en 1776. Alors que les forces anti-Dieu s’en prennent avec une virulence accrue à la reconnaissance de notre source de véritable liberté, la Déclaration d’Indépendance acceptait le « Créateur », « Dieu de la nature », « le Juge suprême de l’univers » et « une ferme confiance dans la protection de la divine Providence ». Aujourd’hui encore, la Constitution de chaque État de l’Union reconnaît Dieu et Sa souveraineté.

Dans son numéro du 4 juillet, notre journal local de Charlotte contenait deux pleines pages de publicité fort différentes. Le titre de l’une indiquait hardiment : « À Dieu faisons-nous confiance », tandis que l’autre incitait les lecteurs à « célébrer notre Constitution IMPIE » (Charlotte Observer, pages 5A, 9A). On trouvait dans la première page des citations se référant à Dieu, tirées des pères fondateurs de la nation, des présidents américains, des juges de la Cour suprême et de leurs jugements, des déclarations du Congrès et des manuels d’étudiants de Harvard et Yale. L’un des extraits les plus célèbres concernant l’établissement d’une nouvelle nation se référait au Psaume 127 :1 : « Si l’Éternel ne bâtit la maison, ceux qui la bâtissent travaillent en vain ». À l’âge de 81 ans, Benjamin Franklin, membre du Congrès continental, déclara : « J’ai vécu longtemps, et plus longtemps je vis, plus je vois des preuves convaincantes de cette vérité, que Dieu gouverne les affaires humaines. Si un passereau ne peut tomber à terre sans la permission de Dieu, est-il probable qu’un empire puisse s’élever sans son secours ? Les écritures saintes nous assurent que l’« on bâtira toujours en vain si le Seigneur n’y met la main », je crois cela fermement ; et je crois aussi que sans le secours de Dieu nous ne réussirons pas mieux dans notre édifice politique que ne firent les constructeurs de Babel » (ibid., p. 5A). (Livre correspondance, volume 3, Benjamin Franklin, Bibliothèque Université de Michigan.)

Sur l’autre page, publiée par laFreedom From Religion Foundation (FFRF) [une organisation de libre-pensée américaine, dont les objectifs sont la promotion de la séparation de l’Église et de l’État], ressortait le slogan de cette dernière : « À la raison faisons-nous confiance ». Ce qui contrastait ouvertement avec la formule gravée sur toute monnaie et devise américaines : « À Dieu faisons-nous confiance ». Posons donc la question à ces philosophes anti-Dieu : « À quelle raison devrions-nous nous fier ? » Au raisonnement des anciens philosophes ? De ceux qui, au cours de l’Histoire, ont dirigé nations et empires, dont il ne reste que poussière et décadence ? À la FFRF ?

Tâchons de comprendre ! La « raison » devrait-elle être notre dieu ? Quelle est la source de la force de la pensée, de la communication et du raisonnement humains ? Émane-t-elle de formes inférieures de bêtes ou d’animaux ? Le don de la raison, de la connaissance, de la sagesse et de la compréhension vient du Créateur de l’esprit humain (Proverbes 1 :7 ; 9 :10 ; Psaume 111 :10). Un « raisonnement » sain et la science démontrent, encore et encore, que l’évolution ne peut expliquer ni l’origine de la vie ni la puissance de l’esprit humain, comme je l’ai développé dans mon émission de télévision intitulée : « Questions auxquelles l’évolution ne peut répondre » (vous pouvez l’écouter sur notre site en anglais TomorrowsWorld.org). Le Dieu Créateur a transmis aux êtres humains « l’esprit de l’homme », qui complète leur cerveau et leur donne un pouvoir qui leur est propre. « Qui donc, parmi les hommes, connaît les choses de l’homme, si ce n’est l’esprit qui est en lui ? » (1 Corinthiens 2 :11). Les animaux ne peuvent connaître les choses de l’homme. Les êtres humains ont une imagination créatrice, qui leur permet de composer, concevoir et créer, de prévoir l’avenir et de communiquer par un langage verbal sophistiqué ; ces capacités surpassent de loin celles des animaux. Qui a accordé à l’être humain le pouvoir de raisonner ? Le Dieu Tout-Puissant nous l’a donné, tout en nous conférant le libre arbitre de le gérer. La raison sans la vérité divine engendre la séduction et la mort : « Telle voie paraît droite à un homme, mais son issue, c’est la voie de la mort » (Proverbes 14 :12 ; 16 :25). La puissance du raisonnement humain est un don de Dieu et une grande responsabilité. Une mauvaise utilisation de ce dernier conduit à la folie : « Que nul ne s’abuse lui-même : si quelqu’un parmi vous pense être sage selon ce siècle, qu’il devienne fou, afin de devenir sage. Car la sagesse de ce monde est une folie devant Dieu. Aussi est-il écrit: Il prend les sages dans leur ruse. Et encore : Le Seigneur connaît les pensées des sages, il sait qu’elles sont vaines » (1 Corinthiens 3 :18-20).

Dieu est la source d’une raison saine. « Car ce n’est pas un esprit de timidité que Dieu nous a donné ; au contraire, son Esprit nous remplit de force, d’amour et de sagesse » (2 Timothée 1 :7). « À la raison faisons-nous confiance » entraîne des variantes philosophiques sans limite et de fausses valeurs, pour aboutir à la mort. La formule : « À Dieu faisons-nous confiance », si elle est mise en pratique tout en obéissant par le Christ aux lois divines spirituelles, produira la vie en abondance dès à présent (Jean 10 :10) et la vie éternelle dans le Royaume (Matthieu 19 :17 ; Proverbes 3 :5-6). Si nos nations occidentales mettaient en pratique les normes bibliques de moralité, Dieu nous bénirait en nous accordant une glorieuse réputation. Comme nous l’avons lu précédemment : « Et quelle est la grande nation qui ait des lois et des ordonnances justes, comme toute cette loi que je vous présente aujourd’hui ? » (Deutéronome 4 :8).

D’autre part, la volonté qu’ont historiens et critiques de s’affranchir des fausses religions de ce monde se justifie. Au nom de la religion, des nations « chrétiennes » se sont historiquement massacrées. Musulmans chiites et sunnites s’entretuent par des attentats-suicides, au sein même de leurs mosquées. Les diverses religions, y compris des centaines de dénominations « chrétiennes », sont imprégnées de superstitions païennes. Il n’est donc pas étonnant que des millions d’individus qui prennent le temps d’y penser rejettent, à juste titre, de telles irrégularités, et se retrouvent incapables de comprendre le véritable mode de vie révélé dans les Saintes Écritures.

Chers lecteurs, il nous faut réaliser combien la Bible nous importe, aux niveaux national et individuel ! Daniel Webster, le grand homme d’État américain, a lancé cet avertissement concernant notre avenir : « S’il est quelque chose de louable dans mes pensées ou mon style, le crédit en revient à mes parents, qui m’ont transmis un amour précoce des Écritures. Si nous respectons les principes enseignés dans la Bible, notre pays continuera de prospérer ; mais si nous et notre postérité en négligeons les instructions et l’autorité, nul ne peut dire avec quelle rapidité une catastrophe pourra nous submerger et plonger toute notre gloire dans une obscurité profonde » (Halley’s Bible Handbook, p. 18).

Dirigeants nationaux et citoyens ignorent de plus en plus les leçons de l’Histoire. Si cela continue, nous traverserons définitivement la « catastrophe » soudaine et l’ « obscurité profonde » dont Daniel Webster traitait à juste titre et nous avertissait. Il faut que nos pays et nos peuples seréveillent !

Frères et sœurs, co-ouvriers, Dieu nous a transmis gratuitement Sa précieuse vérité. Sa sagesse et Son intelligence sont de loin plus précieuses que les perles (Proverbes 3 :13-15). La vérité divine nous garde de la séduction et nous libère du péché, pour autant que nous mettions en pratique la vérité, par le Christ qui vit en nous (Galates 2 :20). Nous devons continuer à accomplir la Grande Mission et prêcher l’Évangile du Royaume en tant que témoignage aux nations (Matthieu 24 :14). Merci à tous pour votre zèle constant, pour votre participation, votre soutien et vos prières pour cette tâche qui est la plus importante du monde. Puisse Dieu nous aider tous à défendre la vérité, alors que nous attendons le Royaume de Dieu à venir, qui accordera une véritable liberté à tous !

Continuez à prier pour le succès des émissions télévisées du Monde de Demain en Russie. Priez pour que de nouvelles portes s’ouvrent, afin que l’Évangile soit prêché à travers la terre entière.

Avec mon amour chrétien,

Richard F. Ames

Lettres
Années :
2021
2020
2019
2018
2017
2016
2015
2014
2013
2012
2011
2010
2009
2008
2007
2006
2005
2004
2003
2002
2001
2000
1999
Autres publications
Suivez-nous sur Facebook Suivez-nous sur YouTube