Année 2014   Juillet-Septembre Afficher en grands caractères

Sortez-vous du monde ?

par Dibar Apartian
(1916-2010)
Sortir de ce monde – délaisser complètement son mode de vie et ses attitudes – est une condition préalable pour entrer dans le Royaume de Dieu.
Sortir par une porte

Comprenez-vous réellement ce que signifie la vie chrétienne ? Savez-vous ce que signifie être dans le monde – mais ne pas être du monde ?

Peu avant sa crucifixion, Jésus-Christ pria Dieu le Père pour Ses disciples : « Je ne te prie pas de les ôter du monde, mais de les préserver du malin [de Satan]. Ils ne sont pas du monde, comme je ne suis pas du monde » (Jean 17 :15-16, Ostervald).

Pouvez-vous vivre sans vous laisser influencer par les traditions et les pratiques de Satan, les jours païens, la façon de penser et d’agir qui façonnent notre monde ?

Des milliards de gens en sont incapables. Même les prétendus « chrétiens » n’y arrivent pas. Ils font des compromis. Ils trébuchent – et parfois, ils abandonnent !

Qu’en est-il de vous ? Vous laissez-vous parfois emporter par les doutes et les déceptions ? Vous découragez-vous car votre croissance spirituelle est lente ? Lorsque vous avez cette attitude, la principale raison est que vous ne placez pas Dieu en première position dans votre vie, que vous en soyez conscient ou pas ! Vous pensez peut-être que c’est le cas. Vous passez peut-être beaucoup de temps à prier ou à étudier la Bible. Cependant, Dieu ne vient pas en première position dans votre vie – et alors vous n’êtes pas prêt pour entrer dans Son Royaume !

Aimer votre prochain

Certains tombent dans les extrêmes. Ils ne sont pas équilibrés. Ils espèrent que Dieu fasse tout pour eux, ou ils ne Lui font pas confiance, alors que Son aide est déjà disponible.

Vous rendez-vous compte qu’il vous arrive souvent de prier pour une question dont vous avez déjà la réponse ? Mais vous ne voulez pas voir cette réponse car elle ne vous plaît pas.

Dans Sa dernière prière pour Ses disciples, le Christ dit à Son Père : « Et je ne suis plus dans le monde, mais ceux-ci sont dans le monde » (Jean 17 :11, Ostervald).

Il ne parlait pas seulement de ceux qui étaient physiquement avec Lui à ce moment-là, mais de tous Ses disciples – y compris vous et moi. Nous ne pouvons pas vivre en dehors du monde, mais nous avons reçu l’ordre de ne pas participer à son mauvais mode de vie. Demandez à Dieu de vous donner le discernement nécessaire. Demandez-Lui de vous aider à fixer les bonnes priorités dans votre vie.

Lorsque vous placez Dieu en première place dans vos pensées et dans vos actions, votre perspective de la vie, votre compréhension et votre point de vue changent du tout au tout. Vous commencerez à aimer votre prochain comme vous-même, car vous comprendrez que Dieu aime autant votre prochain que vous-même.

Les dissensions et les disputes avec votre voisin, ou la jalousie et la haine envers les autres, signifient que vous n’êtes pas suffisamment proche de Dieu. Comme le Christ l’a dit, vous laissez de côté « ce qui est plus important dans la loi », peu importe l’apparence « spirituelle » que vous affichez (Matthieu 23 :23).

Prenez le temps de réfléchir et posez-vous la question : Quelle est la valeur de ma prière aux yeux de Dieu, si je critique mon voisin ou si je lui cause du tort ? Ma prière et mon étude de la Bible peuvent-elles être bénéfiques, si je ne pratique pas premièrement la justice, la miséricorde, la compassion et l’amour ?

L’apôtre Jean a écrit : « Si quelqu’un dit : J’aime Dieu, et qu’il haïsse son frère, c’est un menteur ; car celui qui n’aime pas son frère qu’il voit, comment peut-il aimer Dieu qu’il ne voit pas ? » (1 Jean 4 :20).

Comprenez bien ! Dieu dit que vous êtes un menteur si vous prétendez L’aimer et que vous nourrissez de mauvaises pensées à l’égard de votre prochain.

Le Christ et l’homme riche

Peut-être êtes-vous comme l’homme riche qui aimait Dieu et Lui obéissait (du moins, le pensait-il) ? Un jour, il s’approcha de Jésus, se jeta à genoux devant Lui et Lui demanda ce qu’il devait faire pour hériter la vie éternelle (Marc 10 :17).

Notez que cet homme était respectueux et sincère. À sa manière, il était un croyant convenable et obéissant. Et il fut probablement rassuré lorsque le Christ lui dit que le chemin de la vie éternelle était d’observer les commandements divins.

« Maître, j’ai observé toutes ces choses dès ma jeunesse », assura-t-il au Christ (verset 20). En d’autres termes, il avait appris et il mettait en pratique les commandements du mieux possible, depuis son enfance. Que devait-il faire de plus ? N’était-il pas prêt pour le Royaume ?

Alors Jésus ajouta : « Il te manque une chose ; va, vends tout ce que tu as, donne-le aux pauvres, et tu auras un trésor dans le ciel. Puis viens, et suis-moi » (verset 21).

Quoi ? Avait-il bien entendu ? Le Christ lui avait-il bien dit de se séparer de ses biens – tout ce qu’il possédait – et de Le suivre ? Pourquoi ? Pourquoi une condition aussi drastique ?

L’homme trouva que le prix à payer était trop élevé. Il ne pouvait pas accepter l’offre du Christ. Jamais il n’avait pensé devoir se séparer de ses biens physiques pour être digne de la vie éternelle. Selon la Bible, les paroles du Christ l’affligèrent et il s’en alla tristement – terriblement déçu, car il possédait de grands biens (verset 22).

Tôt ou tard, chacun de nous est – ou sera – testé de cette manière.

Il peut s’agir de possessions physiques ou d’autre chose. Vous devrez peut-être vous éloigner de votre famille ou de vos amis pour la vérité divine. Peut-être perdre un travail. Peut-être passer pour une personne bizarre dans la société. Dieu nous connaît. Nous serons testés sur notre point le plus faible.

C’est uniquement après cela que nous aurons prouvé à Dieu que nous pourrons faire partie de Son Royaume.

Comparez maintenant l’attitude de l’homme riche avec celle d’Abraham.

Dieu demanda à Abram, alors âgé de 75 ans, de tout quitter. Et ce dernier obéit sans une parole de protestation. Il quitta son pays, ses proches et la maison de ses pères pour aller dans le pays que Dieu lui montrerait : « Abram partit, comme l’Éternel le lui avait dit » (Genèse 12 :4).

Chacun de nous devrait avoir cette attitude en tout temps, en nous préparant pour le Royaume de Dieu. Cette attitude mène à la vie éternelle.

L’homme riche n’aimait pas vraiment Dieu, car cet amour avait un prix pour lui. Abraham aimait vraiment Dieu, car il ne fixait aucune condition. Il ne s’inquiétait pas des conséquences.

Ne vous inquiétez pas

Certains ne comprennent pas l’enseignement du Christ de ne pas s’inquiéter. Ils pensent qu’ils peuvent se laisser aller car Dieu a promis de prendre soin de leurs besoins. Ils ne semblent pas comprendre que des conditions spécifiques accompagnent chaque promesse divine.

Le Christ a dit : « Ne vous inquiétez pas pour votre vie de ce que vous mangerez, ni pour votre corps, de quoi vous serez vêtus. La vie n’est-elle pas plus que la nourriture, et le corps plus que le vêtement ? » (Matthieu 6 :25).

Que voulait vraiment dire le Christ ? Ne pas s’inquiéter ne signifie pas ne rien faire, paresser, ou négliger nos devoirs. Nous pouvons uniquement arrêter de nous inquiéter si nous acceptons les conditions divines et que nous assumons nos responsabilités avec diligence. Dieu est toujours prêt à nous aider, à condition que nous nous efforcions d’agir comme le Christ. Alors, et alors seulement, nous pouvons nous reposer sur Dieu sans nous inquiéter.

Le Christ ajouta : « Cherchez premièrement le royaume et la justice de Dieu ; et toutes ces choses vous seront données par-dessus » (verset 33).

Lisez le verset en entier, pas uniquement la première partie. Le Christ n’a pas terminé sa phrase après « Cherchez premièrement le royaume » – au contraire, Il ajouta « …et la justice de Dieu ».

David a écrit que tous les commandements de Dieu sont justes (Psaume 119 :172). Chercher la justice de Dieu signifie vivre par Ses lois – assumer vos responsabilités et aimer votre prochain comme vous-même. Si vous cherchez le Royaume et la justice de Dieu, alors vous n’aurez plus besoin de vous inquiéter ou d’être anxieux.

Étudiez la parabole du bon Samaritain (Luc 10 :25-37) ! Pourquoi pensez-vous que le sacrificateur et le lévite sont passés près du blessé sans lui apporter leur aide ? Que se passa-t-il dans leur esprit ? Peut-être ont-ils prié dans leur tête, estimant ainsi qu’ils avaient fait leur part. Pourquoi ont-ils échoué à l’aider ?

Se considéraient-ils trop occupés avec leurs responsabilités et leurs engagements religieux ? Quelles que soient leurs raisons, ils ont prouvé qu’ils n’étaient pas prêts pour le Royaume de Dieu. Dans cette parabole, seul le bon Samaritain – un homme qui n’était pas Israélite – a agi comme un véritable chrétien.

L’apôtre Paul croyait en Dieu. Il marchait avec Lui, il parlait avec Lui et il ne s’est jamais détourné de Lui. Cependant, Paul rencontra beaucoup de souffrances et d’épreuves.

Qu’est-ce qui a vraiment permis à Paul de rester ferme ? Pour quelle raison était-il aussi solide lorsque tant d’autres abandonnaient ? De nos jours, comment pouvez-vous tenir bon lorsque les autres abandonnent ?

Sous l’inspiration divine, Paul nous révéla comment il fit : « Si donc vous êtes ressuscités avec Christ, cherchez les choses d’en haut, où Christ est assis à la droite de Dieu. Attachez-vous aux choses d’en haut, et non à celles qui sont sur la terre » (Colossiens 3 :1-2).

Lorsque vous vous attachez aux choses d’en haut, vous renoncez à vos désirs charnels. Vous arrêtez de pratiquer les œuvres de la chair. Vous ne laissez plus les vanités de ce monde dicter votre conduite.

Paul continue : « Faites donc mourir ce qui dans vos membres tient à la terre, la fornication, l’impureté, les passions, les mauvais désirs, et l’avarice, qui est une idolâtrie » (verset 5, Ostervald).

Plus loin, il écrit que pour être digne du Royaume de Dieu, vous devez « [renoncer] à toutes ces choses, à la colère, à l’animosité, à la méchanceté, à la calomnie, aux paroles équivoques qui pourraient sortir de votre bouche » (verset 8).

Apprenez à faire confiance au Christ. Laissez-Le être le centre de votre relation avec les autres. Soyez toujours conscient que Dieu voit et apprécie vos bonnes œuvres, même si personne d’autre ne les voit. Quelles que soient les circonstances, cherchez à Lui plaire.

Êtes-vous prêt, maintenant ?

Êtes-vous déjà prêt pour le Royaume de Dieu ? Certains ne le sont pas car ils sont encore trop attachés à ce monde ; et cela les empêche d’en sortir afin d’être prêts pour ce Royaume. Il est évident que vous ne pouvez pas sortir de ce monde si vous suivez ses voies.

Regardons les excuses données par certains individus lorsque le Christ leur demanda de Le suivre. Ils n’étaient pas prêts pour Son Royaume. L’un d’entre eux dit : « Je te suivrai, Seigneur, partout où tu iras. Mais Jésus lui dit : Les renards ont des tanières, et les oiseaux du ciel des nids ; mais le Fils de l’homme n’a pas où reposer sa tête » (Luc 9 :57-58, Ostervald).

Après avoir exprimé le même désir de suivre le Christ, un autre individu Lui répondit : « Seigneur, permets-moi d’aller d’abord ensevelir mon père » (verset 59). Qu’y a-t-il de mal à cela ? Pourquoi cette demande l’a-t-elle disqualifié de devenir un disciple du Christ ? Cela montrait que cet homme ne comprenait pas la valeur de son appel ! Dieu ne venait pas en premier dans sa vie.

« Un autre dit : Je te suivrai, Seigneur, mais permets-moi d’aller d’abord prendre congé de ceux de ma maison » (verset 61).

Une fois encore, il n’y avait rien de mal à dire au revoir à ceux qu’il laissait en arrière. La question est de savoir quelles étaient les véritables intentions – les véritables motivations – de cet homme. Selon toute probabilité, il se serait laissé convaincre, par ses amis et sa famille proche, de revenir sur sa décision et de ne plus suivre le Christ.

Le Christ explique au verset 62 : « Quiconque met la main à la charrue, et regarde en arrière, n’est pas propre au royaume de Dieu. »

En d’autres termes, lorsque vous regardez en arrière – si votre amour pour les membres de votre famille, ou pour vos biens matériels, dépasse l’amour que vous avez pour le Christ – et que vous regrettez ce que vous avez abandonné pour suivre le Christ, vous n’êtes pas digne d’entrer dans Son Royaume.

En tant que véritable chrétien, vous êtes invité au repas des noces de l’Agneau – la cérémonie de mariage la plus formidable de toutes (Apocalypse 19 :7). Avez-vous les yeux tournés vers cet événement ? Lorsque le temps sera venu, trouverez-vous des excuses pour ne pas y aller ?

Aussi étrange que cela puisse paraître, le Christ a dit dans une parabole que beaucoup de gens déclineront l’invitation pour assister aux noces de l’Agneau. « Et Jésus lui répondit : Un homme donna un grand repas, et il invita beaucoup de gens. À l’heure du repas, il envoya son serviteur dire aux conviés : Venez, car tout est déjà prêt » (Luc 14 :16-17).

En pareilles circonstances, nous nous attendrions à ce que tous les invités acceptent avec joie une telle invitation. Nous penserions qu’ils anticiperaient cet événement avec beaucoup de joie et d’enthousiasme.

Pourtant, les choses ne se passèrent pas ainsi : « Mais tous unanimement se mirent à s’excuser. Le premier lui dit : J’ai acheté un champ, et je suis obligé d’aller le voir ; excuse-moi, je te prie. Un autre dit : J’ai acheté cinq paires de bœufs, et je vais les essayer ; excuse-moi, je te prie. Un autre dit : Je viens de me marier, et c’est pourquoi je ne puis aller » (versets 18-20).

Pouvez-vous le croire ? Au lieu d’être reconnaissants d’avoir été invités au plus formidable de tous les banquets, ils cherchent des excuses. En somme, ils disent au Christ qu’ils ont des choses plus importantes à faire.

Notez aussi que les raisons données ne sont pas forcément mauvaises – ce ne sont pas des choses à éviter ou à ne pas faire. Mais ce n’était pas le moment adéquat, car ils n’avaient pas le sens des priorités. Dieu ne venait pas en premier dans leur vie. Leurs yeux étaient tournés vers les choses terrestres, pas vers les choses d’en haut.

Placez Dieu en premier

Le monde est rempli de lumières trompeuses. La tentation est tout autour de nous, à cause du « dieu de ce siècle » (2 Corinthiens 4 :4). Satan veut que nous le placions en premier dans notre esprit et notre cœur. Son but est de détruire chacun de nous ! Ne le laissez pas faire ! Détournez-vous rapidement de lui – et regardez vers le Dieu réel qui vous aime et qui veut vous donner la vie éternelle.

Satan, le séducteur, vous offrira « tous les royaumes du monde et leur gloire » – comme il le fit avec le Christ (Matthieu 4 :8-9). Il essaiera de vous tenter par la chair. Il veut que vous vous prosterniez devant lui et que vous l’adoriez.

Ne le laissez pas gagner ! Aussi alléchantes que soient ses promesses matérielles, notre réponse doit toujours être : « Retire-toi, Satan ! » (verset 10).

C’est ce qu’a fait le Christ pour remporter le plus grand combat de tout l’Univers – le combat Lui donnant le droit de régner dans le Royaume de Dieu. Avec l’aide du Christ, vous et moi pouvons aussi remporter notre bataille et être dignes de Son Royaume de joie, pour vivre et régner éternellement avec Lui

Le Journal
Années :
2021
2020
2019
2018
2017
2016
2015
2014

Archives :
2013
2012
2011
2010
2009
2008
2007
2006
2005
2004
2003
2002
2001
2000
1999
Autres publications
Suivez-nous sur Facebook Suivez-nous sur YouTube